Les effets de l’écoute de la musique au travail

Je viens de lire un article en anglais sur les bienfaits (ou pas) de l’écoute de la musique au travail sur le site inc.com.

L’analyse du journaliste Tom Popomaronis s’appuie sur des études scientifiques et le point de vue d’une experte, Dr Annie Murphy Paul.

Plusieurs cas se présentent :

  • Si vous devez apprendre : coupez la musique

L’apprentissage est ralenti par l’écoute de la musique car le cerveau , en plus des données à assimiler,  doit écouter des informations sonores. Le processus d’acquisition est donc ralenti et, pire, peut être mal intégré par des associations bizarres entre les sons et les données. Et le phénomène est encore plus important avec des musiques qui comportent des paroles : plus de confusion et concentration faible.

  • dans un environnement bruyant : écoutez de la musique

Le bruit disperse l’attention et agit sur les sécrétions hormonales (cortisol en hausse, dopamine en baisse) et parasite la fonction exécutive. Se concentrer demande alors beaucoup plus d’énergie. Dans ce cas, écouter de la musique est profitable afin de s’isoler de la nuisance sonore, qui bloque le cortex préfrontal par l’assaut du stress. Relativement à l’item précédent, préférez de la musique instrumentale ou d’ambiance.

  • pour un travail répétitif : écoutez de la musique

Pour des tâches répétitives, l’écoute de la musique aimée augmente la productivité. En effet, des neurotransmetteurs du bien-être (sérotonine, noradrenaline, dopamine) sont libérés. Cela fait baisser le stress tout en améliorant notre humeur. Nos performances augmentent alors.

  • nouvelle musique : stop

L’effet nouveauté, bien qu’agréable, éveille la curiosité et nous surprend tout en nous éloignant des tâches plus laborieuses. La concentration sur le travail s’amoindrit et la productivité est donc en berne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *