D’où viennent les bonnes idées ? (+ conseils pour en avoir)

Steven Johnson est l’auteur de « Where good ideas come from : the natural history of innovation« .

Dans cette vidéo TEDx visionnée près de 3 millions de fois, il relate le résultat de ses recherches sur l’innovation et la créativité.

Surtout, il nous livre des pistes concrètes sur l’émergence des idées.

Qu’est-ce qu’une idée ?

Une idée nouvelle est un nouveau réseau de neurones qui s’activent de façon synchrone à l’intérieur de votre cerveau. C’est une nouvelle configuration qui ne s’est jamais formée auparavant.

L’Eurêka est un mythe

Selon Steven Johnson, le phénomène « Eurêka » n’existe pas. Les idées naissent lentement.

L’histoire de Darwin en est une parfaite illustration puisque la théorie de l’évolution, bien que décrite comme une soudaine découverte, apparaissait déjà dans ses nombreux cahiers de prise de notes de nombreux mois avant son « éclosion » officielle.

Beaucoup d’idées importantes ont une très longue période d’incubation. Il appelle cela l’ « intuition lente. »

 Les grandes idées apparaissent progressivement sur de longues périodes de temps.

Comment favoriser la naissance des idées ?

Steven Johnson s’est intéressé à une composante essentielle à la naissance des idées : l’environnement.

Un environnement « fertile » :

– favorise les échanges formels comme informels entre êtres humains

– n’est pas anxiogène (le stress tue la créativité)

– prône la libre expression et circulation des idées (sans jugement ni culture du secret donc)

Concrètement que devez-vous faire trouver des idées géniales ?

Je reprends le micro pour vous donner quelques conseils.

Si vous voulez avoir de bonnes idées :

1) Echangez énormément avec des personnes d’horizons différents.

2) Cultivez votre curiosité. Lisez, écoutez tous les sujets. Votre cerveau fera des connexions.

3) Ecrivez ou dessinez (mieux) tout ce qui vous passe par la tête sur un carnet que vous garderez sur vous et tenez un journal.

4) Fuyez le stress : pratiquez la méditation ou changez de boulot !

5) Marchez en plein air et faites du sport.

6) Arrêtez de chercher. Le fait de s’acharner pour trouver une idée déclenche du stress. Le stress bloque la créativité. Laissez faire votre inconscient en vous consacrant à une autre tâche (ou coloriez des mandalas). Les tâches manuelles sont très efficaces pour cela.

7) Suivez votre instinct. C’est un message de votre inconscient. Il serait idiot de rater une missive contenant une nouvelle idée.

8) Soyez patient. Les idées sont parfois très lentes à éclore totalement.

9) Attendez-vous à trouver des idées que vous ne cherchiez pas (d’où l’intérêt de tout noter).

10) Dessinez beaucoup (façon mind map).

Voici la retrasncription complète de l’intervention de Steven Johnson.

Il y a seulement quelques minutes, j’ai pris cette photo à environ 10 pâtés de maisons d’ici. C’est le Grand Café ici à Oxford. J’ai pris cette photo parce qu’il s’avère être le premier café à avoir ouvert en Angleterre en 1650. C’est ce qui fait sa célébrité. Et je voulais vous le montrer, pas parce que je veux vous faire faire une sorte de tournée Starbucks de l’Angleterre historique, mais plutôt parce que le café anglais a été crucial pour le développement et la propagation de l’une des grandes floraisons intellectuelles des 500 dernières années, ce que nous appelons maintenant le siècle des Lumières.

Et le café a joué un grand rôle dans la naissance des Lumières, en partie, en raison de ce que les gens buvaient là. Parce que, avant la propagation du café et du thé à travers la culture britannique, ce que les gens buvaient – ce que l’élite comme le peuple buvaient – jour après jour, de l’aube jusqu’au crépusculec’était de l’alcool. L’alcool était la boisson de choix pendant la journée. On buvait un peu de bière avec le petit déjeuner et un peu de vin au déjeuner, un peu de gin – en particulier autour de 1650 – et pour finir avec un peu de bière et de vin à la fin de la journée. C’est le choix sain, en fait, parce que l’eau n’était pas potable. Et oui, effectivement, jusqu’à l’avènement des cafés, toute une population était effectivement ivre toute la journée. Et vous pouvez imaginer ce que serait dans votre propre vie – et je sais que cela est vrai pour certains d’entre vous – si vous buviez toute la journée, et qu’ensuite vous passiez d’un dépresseur à un stimulant, vous auriez de meilleures idées. Vous seriez plus vif et plus alerte. Et ce n’est donc pas un hasard si les innovations ont fleuri lorsque l’Angleterre est passée au thé et au café.

Mais l’autre chose qui rend le café important est l’architecture de l’espace. C’était un espace où les gens se réunissaient venant d’horizons différents, avec différentes expertises, et partageaient. C’était un espace, comme Matt Ridley l’a dit, où les idées peuvent copuler. C’était leur lit conjugal, dans un sens.Les idées se réunissaient là. Et un nombre incroyable d’innovations de cette période ont un café quelque part dans leur histoire.

J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir sur les cafés ces cinq dernières années, parce que d’une certaine manière je voulais creuser cette question de l’origine des bonnes idées. Quels sont les environnements qui conduisent à des niveaux inhabituels d’innovation, des niveaux inhabituels de créativité ? Quelle est la nature de l’environnement – quel est l’espace de créativité ? Et ce que j’ai fait est c’est que j’ai regardé les deux environnements, comme le café ; J’ai regardé les milieux des médias, comme le World Wide Web, qui ont été extrêmement innovants; J’ai revisité l’histoire des premières villes ; Je me suis même penché sur les milieux biologiques, comme les récifs coralliens et les forêts tropicales, qui impliquent des niveaux inhabituels d’innovation biologique ; et ce que je cherchais, c’est des modèles partagés, un genre de comportement signature qui apparaît encore et encore dans tous ces environnements. Y a-t-il des modèles récurrents dont nous pouvons apprendre, que nous pouvons en quelque sorte appliquer à nos propres vies, ou à nos propres organisations, ou à nos propres environnements pour les rendre plus créatifs et innovants ? Et je crois que j’en ai trouvé quelques uns.

Mais ce qu’il faut faire pour donner un sens à cela et pour bien comprendre ces principes c’est que vous devez faire disparaître une bonne partie de la façon dont nos métaphores habituelles et notre langagenous entrainent vers certains concepts de l’idée de création. Nous avons ce vocabulaire très riche pour décrire des moments d’inspiration. Nous avons l’éclair d’intelligence, le coup de perspicacité, nous avons des épiphanies, nous avons des moments « Eurêka! » , nous avons des moments ‘la lumière s’allume’, n’est-ce pas ? Tous ces concepts, aussi rhétoriquement fleuris qu’ils soient, partagent cette hypothèse de base, qui est qu’une idée est une chose isolée, que c’est quelque chose qui arrive souventdans un merveilleux moment d’illumination.

Mais en fait, ce que je dirais, et ce par quoi il faut vraiment commencer, c’est cette idée qu’une idée est un réseau au le niveau le plus élémentaire. Je veux dire, c’est ce qui se passe dans votre cerveau. Une idée, une idée nouvelle, est un nouveau réseau de neurones qui s’activent de façon synchrone à l’intérieur de votre cerveau. C’est une nouvelle configuration qui ne s’est jamais formée auparavant. Et la question est: comment placez-vous votre cerveau dans des environnements où ces nouveaux réseaux vont être plus susceptibles de se former ? Et il s’avère que, en fait, les modèles de réseaux du monde extérieur imitent largement les modèles de réseaux du monde intérieur du cerveau humain.

Ainsi, la métaphore que je voudrais utiliser je peux la trouver dans l’histoire d’une grande idée qui est assez récente – beaucoup plus récente que les années 1650. Un type formidable nommé Timothée Prestero, qui a une compagnie qui s’appelle … une organisation appelée Design that Matters (Désign qui compte). Ils ont décidé de s’attaquer à ce problème vraiment urgent, vous savez, les terribles problèmes que nous avons avec les taux de mortalité infantile dans le monde en développement. Une des choses très frustrante avec cela est que nous savons, en mettant des incubateurs néonatals modernes dans n’importe quel contexte, que si nous pouvons garder les bébés prématurés au chaud, en gros – c’est très simple – nous pouvons réduire de moitié les taux de mortalité infantile dans ces environnements. Donc, la technologie est là. Ces incubateurs sont la norme dans tout le monde industrialisé. Le problème est, si vous achetez un incubateur à 40.000 dollars, et que vous l’envoyez dans un village de taille moyenne en Afrique, il marchera très bien pendant un an ou deux, et puis quelque chose tournera mal, et il sera en panne, et il sera en panne pour toujours, parce que vous n’avez pas un système complet de pièces de rechange, et vous n’avez pas l’expertise sur le terrain pour réparer ce matériel de $ 40.000. Et alors vous vous retrouvez avec ce problème où vous dépensez tout cet argent pour envoyer de l’aide et tous ces appareils électroniques de pointe vers ces pays, qui finit par devenir inutile.

Alors ce que Prestero et son équipe ont décidé de faire est de regarder autour d’eux et de se demander : quelles sont les ressources abondantes dans ces mondes en développement? Et ce qu’ils ont remarqué, c’est qu’ils n’ont pas beaucoup d’enregistreurs numériques, ils n’ont pas beaucoup de micro-ondes,mais ils semblent savoir garder leur voitures en état de rouler. On trouve un Forerunner Toyota dans la rue dans tous ces endroits. Ils semblent avoir le savoir-faire nécessaire pour maintenir les véhicules en état de marche. Ils ont donc commencé à réfléchir, « Pourrions-nous créer un incubateur néonatal entièrement construit à partir de pièces d’automobile ? Et voici ce qu’ils ont fini par obtenir. C’est ce qu’on appelle un dispositif de néosoin. De l’extérieur, ça a l’air d’une chose qu’on trouve normalement dans un hôpital occidental moderne. A l’intérieur, ce sont des pièces de voiture. Il a un ventilateur, des phares pour la chaleur, il a des carillons de porte en guise d’alarme. Il fonctionne avec une batterie de voiture. Et donc tout ce qu’il vous faut ce sont les pièces détachées de votre Toyota et la capacité de réparer un phare, et vous pouvez réparer cette chose. Maintenant, c’est une excellente idée, mais ce que je voudrais dire, c’est que, en fait, c’est une superbe métaphore pour la façon dont les idées naissent. Nous aimons penser que nos idées révolutionnaires sont comme cet incubateur tout neuf de 40.000 $, de la technologie de pointe, mais le plus souvent, elles sont bricolées avec les pièces qui se trouvent à portée de main.

Nous prenons les idées des autres, de personnes dont nous avons appris, de personnes que nous rencontrons au café, et nous les assemblons en de nouvelles formes, et nous créons quelque chose de nouveau. C’est vraiment là que se produit l’innovation. Et cela signifie que nous devons changer certains de nos modèles de ce que sont vraiment l’innovation et la réflexion profonde. Je veux dire, c’est une vision. Une autre est celle de Newton et de la pomme, quand Newton était à Cambridge. Il s’agit d’une statue d’Oxford. Vous savez, vous êtes assis là en pleine réflexion, et la pomme tombe de l’arbre, et vous avez la théorie de la gravité. En fait, les espaces qui ont historiquement conduit à l’innovation ont tendance à ressembler à cela, n’est-ce pas ? C’est le célèbre tableau de Hogarth d’un dîner politique dans une taverne, mais c’est ce à quoi ressemblaient les cafés à l’époque. C’est le genre d’environnement chaotique où les idées étaient susceptibles de se réunir, où les gens étaient susceptibles d’avoir des collisions imprévisibles, nouvelles et intéressantes – des personnes d’horizons différents. Donc, si nous essayons de construire des organisations qui sont plus innovatrices, nous devons construire des espaces qui, assez étrangement,ressemblent un peu plus à ça. Votre bureau devrait ressembler à ça, ça fait partie du message que je veux faire passer ici.

Et l’un des problèmes que ça pose, c’est que les gens sont en fait – lorsque vous faites des recherches dans ce domaine — les gens sont notoirement peu fiables, quand ils rapportent eux-même l’endroit où ils ont leurs propres bonnes idées, ou l’histoire de leurs meilleures idées. Et il y a quelques années, un merveilleux chercheur du nom de Kevin Dunbar a décidé d’adopter en gros l’approche « Big Brother »pour déterminer d’où les bonnes idées viennent. Il est allé dans un tas de laboratoires de sciences dans le monde entier et a filmé tout le monde pendant toutes les étapes de leurs travaux. Quand ils étaient assis en face du microscope, quand ils parlaient à leur collègue à la fontaine à eau, et toutes ces choses.Et il a enregistré toutes ces conversations et essayé de comprendre où les idées les plus importantes se formaient. Et quand on pense à l’image classique du scientifique dans son laboratoire, nous avons cette image – vous savez, ils sont penchés sur le microscope, et ils voient quelque chose dans l’échantillon de matière. Et « oh, eurêka! » ils ont l’idée.

Ce qui s’est réellement passé quand Dunbar a regardé les enregistrements est que, en fait, presque toutes les idées novatrices importantes ne sont pas venues au scientifique seul dans le laboratoire, devant le microscope. Elles sont apparues à la table de conférence lors de la réunion hebdomadaire de laboratoire, quand tout le monde est réuni pour partager leurs données et découvertes les plus récentes,souvent aussi, quand les gens partageaient les erreurs qu’ils rencontraient, l’erreur, le bruit dans le signal qu’ils découvrent. Et quelque chose dans cet environnement – et j’ai commencé à l’appeler le «réseau liquide», où vous avez beaucoup d’idées différentes qui sont ensemble, d’horizons différents, d’intérêts différents, se bousculant les unes avec les autres, qui rebondissent les unes sur les autres — cet environnement est, en fait, l’environnement qui mène à l’innovation.

L’autre problème que les gens ont est qu’ils aiment condenser leurs histoires d’innovation à des délais plus courts. Donc ils veulent raconter leur histoire de moment ‘Eureka’. Ils veulent dire: «J’étais là, je me tenais là et tout à coup c’était très clair dans ma tête. «  Mais en fait, si vous revenez en arrière et regardez l’historique, il s’avère que beaucoup d’idées importantes ont une très longue période d’incubation. J’appelle ça l’ « intuition lente. » On a beaucoup entendu parler récemment d’intuition et d’instinct et de moments d’illumination instantannée, mais en fait, un grand nombre d’idées trainent, parfois pendant des décennies, dans un coin de l’esprit des gens. Ils ont l’impression qu’il y a un problème intéressant, mais ils n’ont pas encore tout à fait les outils pour le découvrir. Ils passent tout ce temps à travailler sur certains problèmes, mais il y a autre chose de persistant qui les intéresse, mais ils ne peuvent pas vraiment le résoudre.

Darwin en est un excellent exemple. Darwin lui-même, dans son autobiographie, raconte comment lui est venue l’idée de la sélection naturelle dans un classique « Eurêka! » moment. Il est dans son bureau, en Octobre 1838, et il lit Malthus, en fait, à propos de la population. Et tout d’un coup, l’algorithme de base de la sélection naturelle lui passe en quelque sorte par la tête, et il dit, « Ah, enfin, j’ai eu une théorie avec laquelle je peux travailler. » C’est dans son autobiographie. Il y a une ou deux décennies, un extraordinaire savant qui s’appelait Howard Gruber a repris les carnets de Darwin de cette période. Et Darwin gardait ces cahiers copieux où il a écrit à toutes les idées qu’il avait, la moindre petite intuition. Et ce que Gruber a trouvé c’est que Darwin avait la théorie complète de la sélection naturelle pendant des mois et des mois et des mois avant d’avoir son épiphanie présumée, à la lecture de Malthus en Octobre 1838. Il y a des passages où vous pouvez le lire, et vous réalisez que vous lisez un cahier de Darwin, de la période antérieure à cette épiphanie. Et alors vous comprenez que Darwin, dans un sens, avait l’idée, il avait le concept, mais était encore incapable de pleinement la concevoir. Et c’est effectivement souvent comme ça que les grandes idées se produisent ; elles apparaissent progressivement sur de longues périodes de temps.

Maintenant, le défi pour nous tous est le suivant : comment créez-vous des environnements qui permettent à ces idées d’avoir ce genre de longue vie en limbo, pas vrai ? Il est difficile d’aller dire à votre patron , « J’ai une excellente idée pour notre organisation. Elle sera utile en 2020. Pourriez-vous me donner du temps pour m’y consacrer ? «  Maintenant, quelques entreprises, comme Google, donnent du temps libre pour l’innovation , 20 pour cent du temps, où, dans un sens, c’est là que se cultive l’intuition dans une organisation. Mais c’est un élément clé. Et l’autre chose est de permettre à ces intuitions de communiquer avec les intuitions des autres, c’est ce qui arrive souvent. Vous avez la moitié d’une idée, quelqu’un d’autre a l’autre moitié, et si vous êtes dans le bon environnement, elles se transforment en quelque chose de plus grand que la somme de leurs parties. Donc, dans un sens, nous parlons souvent de la valeur de la protection de la propriété intellectuelle, vous le savez, nous érigeons des barricades,nous avons des labos recherche et développements très secrets, nous déposons des brevets pour tout,de sorte que ces idées garderont leur valeur, et les gens seront motivés pour avoir plus d’idées, et la culture sera plus innovante. Mais je pense qu’on peut soutenir le fait que nous devrions passer au moins autant de temps, sinon plus, à réaliser la valeur des prémisses de la connexion des idées et pas seulement à les protéger.

Et je vais vous laisser avec cette histoire, qui, je pense capture un grand nombre de ces valeurs, et c’est juste une merveilleuse histoire d’innovation, et de comment elle se produit dans des conditions peu probables. Nous sommes en Octobre 1957, et on vient de lancer Spoutnik , et nous sommes à Laurel, dans le Maryland, au laboratoire de physique appliquée associé à l’Université Johns Hopkins. Et c’est lundi matin, et la nouvelle vient de tomber que ce satellite est maintenant en orbite autour de la planète.Et bien sûr, c’est le paradis pour un scientifique, n’est-ce pas ? Et tous ces passionnés de physique sont là à penser, « Oh mon dieu ! C’est incroyable. Je ne peux pas croire que c’est arrivé. » Et deux d’entre eux,deux chercheurs d’une vingtaine d’années à l’APL sont à table à la cafétéria en pleine conversation informelle avec un groupe de leurs collègues. Et ces deux gars-là s’appellent Guier et Weiffenbach. Et ils commencent à discuter, et l’un d’eux dit : « Hey, quelqu’un a essayé d’entendre cette chose? Il y a ce satellite artificiel là-haut dans l’espace qui émet forcément une sorte de signal. Nous pourrions probablement l’entendre, si on écoutait. «  Et ils demandent à quelques uns de leurs collègues, et tout le monde dit : « Non, je n’avais pas pensé à le faire. C’est une idée intéressante. « 

Et il s’avère que Weiffenbach est en quelque sorte un expert de la réception micro-ondes, et il a mis en place des antennes avec un amplificateur dans son bureau. Et donc Guier et Weiffenbach reviennent au bureau de Weiffenbach, et ils commencent à trifouiller – à hacker, comme on dirait maintenant. Et après quelques heures, ils commencent réellement à capter le signal, parce que les Soviétiques ont rendu Spoutnik très facile à suivre. Il était réglé à 20 MHz, on pouvait donc le trouver très facilement, parce qu’ils avaient peur que les gens pensent que c’était un canular, en gros. Ils l’ont donc rendu très facile à trouver.

Donc, ces deux gars sont assis là, à écouter ce signal, et les gens commencent à venir dans le bureau et ils disent: « Wow, c’est vraiment cool. Puis-je écouter ? Wow, c’est super. » Et bientôt, ils pensent: « Eh bien mon Dieu, c’est historique. Nous sommes peut-être les premiers aux États-Unis à entendre ça.Nous devrions l’enregistrer. «  Et alors ils apportent ce gros magnétophone analogique rudimentaire, et ils commencent l’enregistrement de ces bip , bips. Et ils commencent à écrire une sorte d’horodatage pour chaque petit bip qu’ils enregistrent. Et ils commencent à penser: « Eh bien ça alors, vous savez, nous remarquons de petites variations de fréquence ici. Nous pourrions probablement calculer la vitesse à laquelle le satellite se déplace, si nous faisons un peu de mathématiques de base ici en utilisant l’effet Doppler. Et puis ils ont joué avec ça encore un peu, et ils ont parlé à quelques uns de leurs collègues qui avaient d’autres types de spécialités. Et ils ont dit: « Mon Dieu, vous savez, nous pensons que nous pourrions jeter un oeil à la pente de l’effet Doppler pour trouver les points où le satellite est le plus proche de nos antennes et les points où il est le plus éloigné. C’est plutôt cool. « 

Et finalement, ils obtiennent l’autorisation – tout cela est un projet personnel qui ne faisait pas officiellement partie de leur travail. Ils obtiennent la permission d’utiliser le nouvel ordinateur UNIVAC qui occupe une pièce entière, qu’ils venaient tout juste d’avoir à l’APL. Ils font tourner un peu plus de chiffres, et au bout de 3 ou 4 semaines, il s’avère qu’ils ont cartographié la trajectoire exacte de ce satellite autour de la Terre, juste à partir de l’écoute de ce petit signal , en partant de cette petite intuition dont ils avaient eu l’inspiration pendant leur déjeuner, un matin.

Quelques semaines plus tard, leur patron, Frank McClure, les fait venir dans la salle et dit, « Hé, les gars, il faut que je vous pose une question sur ce projet sur lequel vous travailliez. Vous avez trouvé l’emplacement inconnu d’un satellite en orbite autour de la planète à partir d’un lieu connu au sol.Pourriez-vous faire l’opposé ? Pourrait-on trouver un lieu inconnu au sol, si on connaissait l’emplacement du satellite? «  Et ils ont réfléchi, et ils ont dit, « Eh bien, je suppose que c’est possible. Faisons tourner les chiffres. » Alors ils sont repartis, et ils ont réfléchi au problème. Et ils sont revenus et ont dit: « En fait, ce sera plus facile. » Et il a dit: « Oh, c’est très bien. Parce que voyez, je suis en train de construire ces nouveaux sous-marins nucléaires. Et il est vraiment difficile de comprendre comment faire pour que votre missile atterrissent en plein sur Moscou, si vous ne savez pas où le sous-marin se trouve au milieu de l’océan Pacifique. Donc, nous pensons, nous pourrions lancer un paquet de satellites et l’utiliser pour suivre nos sous-marins et déterminer leur emplacement au milieu de l’océan. Pourriez-vous travailler sur ce problème? « 

Et voilà comment est né le GPS. 30 ans plus tard, Ronald Reagan a en fait ouvert le système et en a fait une plate-forme ouverte à partir de laquelle n’importe qui peut travailler et n’importe qui peut venir et construire de nouvelles technologies pour créer et innover en partant de cette plate-forme ouverte,laissée ouverte à tout un chacun pour en faire à peu près tout ce qu’ils voulaient.. Et maintenant, je peux vous garantir que certainement la moitié de cette salle, sinon plus, a un appareil dans sa poche en ce moment qui parle à l’un de ces satellites dans l’espace. Et je vous parie que l’un de vous, sinon plusieurs, a utilisé ce dispositif et ledit système de satellite pour trouver un café à proximité, aujourd’hui –(Rires) ou la semaine dernière, non ?

Et cela, je pense, est une étude de cas géniale, une grande leçon, sur le pouvoir, le pouvoir merveilleux, non planifié, émergent, imprévisible, des systèmes d’innovation ouverts. Lorsque vous les construirez comme il faut, ils iront dans des directions complètement nouvelles que les créateurs eux-même n’ont jamais imaginées. Je veux dire, ici, vous avez ces gars-là qui en gros pensaient qu’ils suivaient seulement cette intuition, cette petite passion qui s’était développée, puis ils pensaient combattre dans la guerre froide, et puis il s’avère qu’ils sont simplement en train d’aider quelqu’un à trouver un café au lait de soja.

C’est comme ça que l’innovation se produit. Le hasard favorise l’esprit connecté.

Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *