L’optimisme facilite la réussite (même en temps de crise)

éloge de l'optimismeLe sujet du jour, traité avec brio par Philippe Gabilliet, professeur à l’ESCP Europe, dans cette vidéo, est l’optimisme.

Saviez-vous qu’il y en avait deux sortes ? Un optimisme de but et un optimisme de chemin ? Qu’il en était de même pour le pessimisme ?

Savez-vous quelle est la meilleure configuration pour devenir un optimiste d’action y compris en temps de crise ?

 

 

Commençons par une courte définition :

Optimiste : quels que soient les évènements auxquels il sera confronté, l’optimiste va se centrer naturellement sur leurs aspects positifs.

 

Les avantages à être optimiste :

L’optimiste entretient un lien fort avec la réussite, l’équilibre, la santé et il est socialement apprécié. Tout ceci est vérifié par les différentes études menées dans le cadre de la psychologie positive.

 

Peut-on devenir optimiste  ?

Nous avons des prédispositions à l’optimisme et au pessimisme

Mais, que la nature vous ait bien doté ou pas, nous avons une marge de manœuvre au moins égale à 40% (voir cet article). On rejoint donc le philosophe Alain :

Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté.

 

Les deux formes d’optimisme et de pessimisme : le but et le chemin.

Il existe deux formes d’optimisme et de pessimisme : de but et de chemin.

 

Optimiste de but : « je vais réussir ».

Optimiste de chemin : « ça sera facile ».

 

Pessimiste de but : « je vais échouer ».

Pessimiste de chemin : « ça va être dur ».

 

Les configurations dangereuses en temps de crise :

Optimiste de but et de chemin : « je vais réussir et ce sera facile ». Attention aux désillusions !

Pessimiste de but et de chemin : je vais échouer et je vais souffrir. Grosse tendance dépressive !

Et enfin, la perverse :

Pessimiste de but mais optimiste de chemin : « Je vais échouer mais on aura bien rigolé ». Hum…

 

La configuration idéale en temps de crise :

La posture interessante en temps de crise est :

Pessimiste de chemin et optimiste de but : « ça va être dur mais je vais réussir ».

 

Pour pratiquer au quotidien l’optimisme d’action :

Voici le mode opératoire pour pratiquer l’optimisme d’action :

1) Inventoriez vos forces, vos ressources.

2) Listez toutes vos options.

3) Prévoyez toujours un plan B

 

Souvenez-vous que :

Les vrais gagnants sont ceux qui sauront quoi faire en cas d’échec.

 

Pour le reste :

Vivez l’instant présent, allez vers les autres, rendez-les heureux, laissez venir.

Faites le choix d’être optimiste, vous avez la recette du maître Philippe Gabilliet.

 

Je vous conseille chaudement la lecture de l' »Eloge de l’optimisme » de Philippe Gabilliet.

Le sous-titre est évocateur : « Quand les enthousiastes font bouger le monde. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.