Le forum économique de Davos, émergence d’une nouvelle gouvernance mondiale?


Du 22 au 25 Janvier 2014 s’est réunie à Davos, en Suisse, l’élite de l’establishment mondial. Cet événement incontournable de nos jours fut lancé en 1971 par Klaus Schwab dans un contexte économique tourmenté pour familiariser les entreprises européennes avec les pratiques du management américain. Dénommé alors «European Management Symposium», il ne rassemblait que les chefs des grandes entreprises et les économistes de haut niveau avec pour objectif d’établir une culture et des projets communs justifiés par l’augmentation massive des flux internationaux : il ne s’agissait plus seulement de commercer mais d’investir !    
                                                                                     
Le tournant mondial des années 1970 fut marqué par un nouvel âge technologique lié au développement de l’électronique, de l’informatique entraînant la fondation d’un nouveau pouvoir basé sur l’information et visant à influencer plutôt qu’à imposer. 

En 1987 ce haut lieu de rencontres prit le nom de World Economic Forum et s’affirma comme le centre de la globalisation et de l’ultralibéralisme économique, comme un «club de privilégiés, riches et puissants» selon l’expression de Philippe Moreau Defarges.                                                                                                                                                                                       
Le Forum a considérablement évolué depuis! en effet il s’est préoccupé de plus en plus des problèmes planétaires: en 2000 il s’agit de la « Fracture numérique Nord-Sud », en 2001 apparait «l’initiative globale de santé», en 2005 priorité est donnée à l’Afrique, sa pauvreté et son endettement, en 2006 est lancée «l’Initiative globale de la Citoyenneté entrepreneuriale» et Thierry Malleret parle alors « des trois mots clés de Davos » : Partenariat, Sécurité, prospérité.                                                                                                                     
Ainsi au fil du temps le Forum Economique Mondial est devenu l’un des promoteurs de la Responsabilité sociale des Entreprises (Corporate social Responsability) et s’est soucié de l’amélioration de l’état du monde. Vecteur de réelle influence il apparait actuellement comme le passage obligé pour les pays émergents et pauvres désirant attirer les investisseurs occidentaux. Décrié par les altermondialistes, il ne s’apparente pourtant plus à un «club de riches » mais à un lieu de rencontre des nouveaux maitres du monde, à une réunion «d’hommes d’Etat sans Etat » selon le financier Georges Soros. Depuis 2003 il s’est même ouvert aux simples citoyens avec la création de l’Open Forum Davos.                                                                                                                                            
Cette année le Forum a réuni près de 2500 personnes parmi lesquelles la Directrice générale de Yahoo Marissa Mayer sur le thème «la résilience dynamique» autrement dit l’analyse approfondie des disparités criantes des revenus entre particuliers, des déséquilibres budgétaires des gouvernements, des systèmes nationaux de santé et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Si les travaux se sont achevés sur un constat d’optimisme mesuré pour la perspective économique mondiale selon Christine Lagarde, Directrice du FMI, »l’Europe n’est pas encore de retour » selon Axel Weber ancien membre du Directoire de la BCE et actuel président de l’UBS et la volatilité des monnaies des pays émergents est inquiétante selon Larry Fink ,patron de Black Rock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde.

Copyright. Jeannick Odier .Janvier 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *